Nous joindre

Cabinet (CABINET) : 0269 64 92 18

Direction générale des services (DGS) : 0269 64 90 30

Direction de la Communication institutionnelle et politique (DCIP) : 0269 63 60 60

Délégation du CD de Mayotte à Paris (DCDMPARIS) : 0155 03 03 03

Secrétariat des Assemblées (ASSEMBLEES) : 0269 64 90 40

Services des transports maritimes (STM) : 0269 60 10 69

GIP Carif Oref, Cité des métiers (GIPCOCM) : 0269 64 38 43

Direction des politiques scolaires et universitaires (DPSU) : 0269 64 93 33

Laboratoire d'analyses départemental (LAD) : 0269 64 95 50

Direction des Ports, des transports maritimes et terrestres (DPTMT) : 0269 64 94 80

Direction des Affaires foncières et du patrimoine immobilier (DAFPI) : 0269 64 92 57

Direction des Ressources humaines, de la formation interne et de la prévention des risques professionnelles (DRHFIPRP) : 0269 64 90 50

Direction des Finances et de la Comptabilité publique (DFCP) : 0269 64 91 30

Direction du numérique, des systèmes d'informations et des moyens généraux (DNSIMG) : 0269 64 91 01

Direction du livre et de la lecture publique (DLLP) : 0269 64 93 52

Direction du développement sportif et de la jeunesse (DDSJ) : 0269 64 94 00

Direction des Archives départementales et de la documentation scientifique (DADDS) : 0269 64 97 93

Direction de la Culture et du patrimoine (DCP) : 0269 64 95 00

Mission Musée départemental (MMD) : 0269 64 97 45

Maison des personnes handicapées (MPH) : 0269 62 96 20

Le Salon du Livre de Mayotte
 
 Publié le 5 septembre 2017 à 13h25 (il y a 15 jours environ) dans « Signature »
Une avancée capitale et une grande victoire pour l’action sociale et la santé à Mayotte
Signature d'une convention sur la compensation financière au bénéfice de la protection de l’Enfance entre la Ministre des outre-mer et le Président du Conseil départemental de Mayotte.
Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

Mayotte est un département et une région hors-normes du fait d’un contexte démographique, d’une économie et d’une situation sanitaire alarmants. Le nombre de naissances à Mayotte a été stable pendant de nombreuses années aux environs de 7000/an, il a commencé à augmenter en 2015 et en 2016, le record absolu des naissances atteignait les 9 514 naissances. Ce qui représente une augmentation de plus de 35% en 3 ans. Ceci est difficilement absorbable par le système de santé actuel de Mayotte.

Mayotte est le département le plus pauvre du territoire national, où Il n’existe pas de CMU, de CMUc ou encore d’Aide médicale d’état.
Comme la médecine libérale est peu présente sur l’ile, c’est la PMI qui prend en charge plus de 65% des parturientes, plus de 75% des enfants entre 0 et 6 ans, et qui réalise 55 000 vaccinations par an dans la seule PMI à avoir un pharmacien. Notons enfin que 80% des usagers de la PMI ne sont pas affiliés à la sécurité sociale.

Ce contexte extraordinaire explique la nécessité et l’urgence de la mise en place d’une stratégie adaptée et prioritaire pour la PMI à la charge du Conseil départemental. Dans le cadre de la loi de finances rectificatives pour 2016, une démarche de compensation a été engagée par l’Etat en faveur de l’aide sociale à l’enfance afin d’accompagner le Conseil départemental dans la mise en œuvre des mesures indispensables au développement des PMI et à la protection de l’enfance à Mayotte. Un montant complémentaire avoisinant les 120 millions d’euros, soit près de 15 millions d’euros par an, vient d’être ajouté pour soutenir cette mission et permettre la construction de nouvelles PMI, la rénovation des établissements existants et envisager la construction de Centre médico-social (CMS).

Un CMS devrait être construit dans chaque circonscription, c’est un local abritant les services de la PMI, de la protection de l’enfance, ainsi que les autres services sociaux du département (RSA, PA/PH, aide au logement, …).

La réflexion sur d’autres structures sociales comme les crèches départementales (permettant aux jeunes femmes mineures de faire garder leurs enfants) est aussi en cours.

Enfin, la mise en place de la compensation financière au bénéfice de la protection de l’Enfance depuis moins d’un an est aussi à l’ordre du jour. Le contexte mahorais n’a pas évolué et génère encore un nombre important de mineurs isolés sur le territoire (plus de 800 recensés). Le Conseil départemental a toujours, entre autres missions, le placement de ces enfants dans des familles d’accueil ou des tiers digne de confiance, le suivi éducatif de ces enfants, et la prévention spécialisée pour éviter que l’enfant soit en danger.

La direction Protection de l’Enfance a rédigé le Schéma Départemental de l’Enfance en danger, reconnu de qualité par les partenaires associatifs et institutionnels, et des recommandations ont été déclinées. Le budget annexe recevant ces fonds a été créé en Mai 2017 et déjà un appel à projet pour externaliser les aides éducatives en milieu ouvert a été publié.

L’immensité du travail à accomplir par les équipes du Conseil départemental pour faire en sorte que la prise en charge des enfants et des femmes enceintes soit digne d’un département de la République, rend crucial l’accompagnement par l’Etat. La Ministre des Outre-Mer, Mme Annick Girardin, va donc concrétiser cet engagement de l’Etat par la signature d’un protocole spécifique en faveur de la PMI avec M. Soibahadine IBRAHIM RAMADANI, Président du Conseil départemental. C’est une avancée capitale et une grande victoire pour l’action sociale et la santé à Mayotte.

 

Galerie d'images associée