Offres d'emploi

Chef de bureau Usages et E-administration (x1) - Date limite des candidatures : 27 avril 2018

Directeur du service technique STM (x1) - Date limite des candidatures : 4 mai 2018

 
 Publié le 22 juin 2015 à 00h00 (il y a 3 années environ) dans « Lutte contre la vie chère »
Les Tarifs de première nécessité et le Fonds social au logement
Les Tarifs de première nécessité et le Fonds social au logement contre la vie chère.
Source : Conseil départemental de Mayotte - DirCom

Dans la matinée du vendredi 19 juin dernier, le directeur d’EDM, Yacine Chouabia, a reçu le 4ème Vice-président du Conseil départemental en charge de l’action sociale et de la santé, Issa Abdou, concernant les Tarifs de première nécessité (TPN).

C’est une première prise de contact qui permet d’évaluer ce que l’établissement producteur d’électricité et le Conseil départemental peuvent faire ensemble afin de satisfaire davantage la population nécessiteuse.

Les TPN relèvent d’un décret ministériel, donc d’un dispositif prévu par la loi, avec des critères d’éligibilité précis : le bénéficiaire doit être déclaré aux impôts avec 2 421 euros au maximum ; le titulaire du contrat chez EDM doit être celui qui paye les impôts, entre autres.

Cette avancée sociale va concerner 20 000 foyers. Autrement dit, la moitié de la clientèle d’EDM peut bénéficier d’une réduction de la facture annuelle comprise entre 71€ et 141€ avec effet rétroactif.

En outre, le 4ème Vice-président défendra une délibération visant à mettre en place le Fonds social logement (FSL) lors de la session du 2 juillet prochain. Il s’agit de prendre en charge tout ou partie des factures obligatoires des gens présentant des difficultés notoires (eau, électricité, téléphone…)

« Nous sommes en train de voir comment le département peut aller plus loin au-delà des dispositifs disponibles afin de donner au social ses lettres de noblesse, à Mayotte » proclame le 4ème VP du Conseil départemental avant de rajouter que « C’est l’idée que nous nous faisons du social afin de lutter contre la vie chère.». Dans cette optique, Issa Abdou a prévu de rencontrer les directeurs de la SMAE et de France télécom.